Traversée du lac, un projet écologique et économique

La traversée du lac et le contournement Est de Genève verront-ils le jour ? Six ans après que le peuple genevois se soit déclaré favorable à ce projet d’envergure, soumis cette année à Berne, les opposants n’en démordent pas. L’infrastructure, postulent-ils, va créer un appel d’air en faisant flamber le trafic motorisé en ville. Et pourtant, sans cet aménagement, Genève perd chaque année entre 120 et 200 millions de francs, soit le coût des congestions générées chaque jour par un trafic de transit sur les principales pénétrantes de la cité de Calvin.

Le projet de traversée du lac illustré par Loris Grillet

La traversée de la rade, l’arlésienne genevoise, que l’évolution de la Genève économiquement dynamique a dû transformer en 2016 déjà en traversée du lac, est aujourd’hui sous la coupole. Devisé à plus de 4,7 milliards de francs, le contournement Est demeure en effet tributaire de la manne fédérale. Il s’inscrirait dans le cadre de la planification des routes nationales, en vue d’un financement par le fonds FORTA.

En attendant la consultation à l’agenda 2023 des Chambres fédérales, la traversée du lac a été appelée de ses vœux par le peuple. Lequel s’était favorablement prononcé sur l’initiative constitutionnelle de juin 2016, tandis que trois ans plus tard un crédit de 6,3 millions de francs était alloué par le Grand conseil pour la réalisation de diverses études préparatoires.

Le prix des congestions

Si Genève se fait pressante quant à une vaste réorganisation de son réseau urbain, c’est qu’elle souhaite désengorger son centre pris d’assaut aux heures de pointe par un trafic de transit. Ainsi, il s’agirait de permettre de relier le Vengeron à la Pallanterie. Un pont haubané surplomberait le lac à une distance d’environ deux cents mètres des rives. Le programme inclurait aussi la construction d’un contournement autoroutier. Celui-ci vise le développement de l’ensemble des réseaux de transports dans une multimodalité globale, en favorisant encore le report des capacités routières aujourd’hui concentrées au centre-ville. Une partie des axes serait enterrée afin de limiter l’impact sur l’environnement. Focus sur quelques points névralgiques : sur le pont du Mont-Blanc (axe Cornavin-Rive, quai du Mont-Blanc), plusieurs voies dévolues au trafic individuel motorisé seraient supprimées et les transports publics pourraient circuler en site propre dans les deux sens. Des pistes cyclables seraient aménagées. S’agissant de la place de Neuve, là encore le trafic motorisé privé serait partiellement suspendu et les cyclistes pourraient reconquérir l’espace. Au pont Butin, une voie de circulation serait sacrifiée (direction sud), tandis que les zones dédiées aux vélos seraient élargies. 

Pour Yves Gerber, directeur de la section genevoise du TCS, le contournement Est offre une multitude d’avantages directs et indirects. « La réalisation du projet aura un effet positif en lien avec les véhicules/km à l’intérieur du centre-ville. Lesquels sont estimés à -11% dans la ceinture urbaine et à -20% dans l’hypercentre. Ce qui réduit d’autant les nuisances en matière d’émissions polluantes et sonores. »

Une meilleure qualité de vie

Mais ce n’est là que la partie la plus visible l’iceberg. Cette redistribution des cartes représente un atout de taille pour l’urbanisation future. L’espace libéré par la circulation routière pourra être réaffecté à une mobilité douce et aux transports collectifs. Cette requalification urbaine dans le centre et la couronne genevoise permettrait d’exploiter de nouvelles opportunités, comme la déminéralisation et la végétalisation des routes pour favoriser des îlots de verdure. Ces implantations végétales qui se frayeraient ainsi un passage concourent à une meilleure qualité de vie. Il reste que l’opposition se cristallise aussi sur le montant qu’il faudrait affecter à la réalisation d’une traversée du lac, oubliant que le statu quo n’est pas sans incidence financière. « Selon une étude réalisée à Zurich et projetée sur Genève, l’immobilisation du trafic coûte chaque année entre 120 et 200 millions de francs. Avons-nous les moyens de jeter en dix ans entre 1,2 milliard et 2 milliards par les fenêtres ? », interroge le directeur du TCS Genève. Et d’ajouter : « L’investissement – certes imposant – serait au minimum une opération blanche. En d’autres termes, les 4,7 milliards de francs injectés seraient, même dans une vision pessimiste, rapidement épongés. »

Le projet permettra-t-il au canton de réduire drastiquement les émissions de CO2 pour atteindre son objectif ? Le rapport genevois estime que ce ne sera pas le cas, même s’il ne tient pas compte d’une accélération des immatriculations de véhicules électriques. Il relève cependant que les avantages en matière de mobilité sont incontestables. La traversée du lac permettrait de nouvelles relations entre la Suisse et la France, offrant ainsi unemeilleure connexion du Grand Genèveaux réseaux régionaux, nationaux et supra-régionaux. Les charges sur le réseau autoroutier à la douane de Bardonnex et sur l’A40 au pied du Salève seraient, elles, allégées. Sans compter qu’en rapprochant ainsi les deux rives, l’impact sur le temps de parcours et les accidents serait indéniable. Le dossier genevois passera-t-il la rampe confédérale ? La traversée du lac sortira-t-elle de l’eau en 2040 ?

Adélita Genoud

Le saviez-vous ?

La section genevoise du TCS réunit les acteurs de la mobilité sur le plateau de Radio Lac dans l’émission Carrefours tous les mardis de 14h à 15h. Les replays sont disponibles sur la page internet de Radio Lac.

Auteur : tcsgeneve

Nous sommes une association suisse qui propose différents services et qui analyse, parle de toutes les formes de mobilité. Échangeons!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :